Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Performances économiques : La BAD encense le Maroc

Vendredi 08 Fevrier 2019 Par Laquotidienne

Le Maroc a réalisé des performances économiques remarquables au cours de la dernière décennie et les perspectives économiques à moyen terme sont favorables. C’est ce que relève le rapport de la Banque africaine de développement (BAD) sur les «perspectives économiques en Afrique 2019» présenté, vendredi à Addis-Abeba.

Le rapport, présenté par la Commission de l'Union africaine et la BAD au siège de l’Union, en marge du 32ème sommet ordinaire de l’UA, fait état d’un accroissement au Maroc du stock d’infrastructures structurantes.

Et ce, grâce à un taux d’investissement porté en moyenne à 34% sur la décennie 2008-2018, contre 29,8% en 2007, améliorant l’attrait du Royaume pour les investissements directs étrangers.

«L’économie marocaine demeure résiliente. La croissance du PIB réel reste positive, mais connaît une décélération, pour s’établir à 3,1% en 2018 contre 4,1% en 2017, en lien avec une pluviométrie moins abondante en 2018 qu’en 2017.

Le déficit budgétaire, estimé à 3,9% en 2018 contre 3,7% en 2017, devrait baisser graduellement, sous l’effet de la consolidation budgétaire et des réformes fiscales, la rationalisation des dépenses publiques et une mobilisation accrue des recettes», souligne le rapport.

Le document note que l’introduction en 2018, par Bank Al-Maghrib, du régime de taux de change flottant contrôlé dans une plage ± 2,5 %, contre ± 0,3 % auparavant, a été perçue comme un signe positif par les investisseurs et une étape importante vers une grande flexibilité du régime de change.

«Lors des 8 premiers mois de l’année 2018, le cours du Dirham s’est apprécié de 1,9% contre l’Euro et s’est déprécié de 0,9% face au Dollar américain. Dans ce contexte, l’endettement du Maroc reste soutenable et devrait diminuer à moyen terme», ajoute le rapport.

D’autre part, le rapport souligne que la diversification de l’économie dans les métiers de l’automobile, de l’aéronautique et l’électronique, un des objectifs clés du Plan d’accélération industrielle, devrait déboucher sur une extension de l’agro-industrie et des services, et stimuler le transfert de technologies et la création d’emplois.

 

croissance marocaine
Partage RéSEAUX SOCIAUX